Nombre total de pages vues

samedi 22 juillet 2017

Le cycle menstruel : mesure du temps



L'élaboration du cycle menstruel a marqué une étape importante dans l'évolution de l'humanité vers un niveau supérieur à celui du règne animal. Par l'instauration du cycle menstruel, nous accédons à la stimulation sexuelle et, de là, à une sexualité active pendant toute la durée de notre cycle, au lieu d'être contraintes, comme les animaux, de ne l'exercer que lors des phases saisonnières de « chaleurs ». Notre sexualité et notre créativité sont au maximum lors de l'ovulation et aussi à la période des règles, nous permettant ainsi d'accéder aux énergies créatrices qui, chez les animaux, ne sont destinées qu'à la procréation. Lorsque nous ne sommes pas biologiquement fécondable, nous pouvons procréer des idées plutôt qu'une nouvelle vie. 



Le cycle menstruel en tant qu'expérience vécue et ses homologues, comme le cycle lunaire, ont donné naissance aux premiers concepts de mesure et de temps. Depuis les origines de l'humanité, on s'est servi du corps dans son interaction avec les objets qui l'entourent comme unité de mesure fondamentale. Ainsi en est-il de la longueur du pied posé sur le sol, ou de l'écart séparant deux pieds lorsqu'on fait un pas, qui devinrent des mesures de distance. C'est par ailleurs en se fondant sur les concepts de série et de mesure qu'on imagina la division du temps ainsi que les premières horloges et les premiers calendriers. Maintes cultures se caractérisaient par une mesure du temps basée sur les nuits et les mois lunaires, fixant leurs fêtes religieuses en fonction de la pleine lune.

Même de nos jours, la date de la fête chrétienne de Pâques est déterminée par la pleine lune, comme c'est le cas de beaucoup de fêtes dans les religions islamique et juive. On constate que le concept de relation unissant les femmes à leur menstruation, à la lune ainsi qu'à la mesure et à la sagesse se reflète dans maintes cultures à travers le monde et dans beaucoup de langues. Ainsi, le mot menstruation dérive du mot latin désignant le mois, signifiant lui-même lune. Ces concepts ont trouvé leur expression au sein de l'immense éventail des activités ayant conduit à l'édification de la civilisation : agriculture, organisation sociale, artisanat, commerce, enseignement, prophétie et religion. Parmi les images et les mythologies qui nous sont parvenues des antiques divinités, beaucoup nous les présentent enseignant ces matières et ces compétences.

Dans cette optique, la menstruation n'est pas une « malédiction », mais plutôt un présent d'où sont issus l'édifice et la diversité de la culture humaine. L’image de la lune considérée comme un reflet du cycle féminin devient un symbole des énergies créatrices. Le synchronisme des cycles féminin et lunaire reflète également notre lien avec le divin, car en raison de notre caractère cyclique, nous portons le mystère de la vie dans notre corps, nous avons le pouvoir de la donner et de garantir l'avenir de ceux qui nous entourent. En introduisant le non exprimé dans le monde de la création, nous détenons les énergies nourricières, créatrices et porteuses de vie universelles. Un symbolisme analogue s'attache à l'image de l'araignée. Tout comme elle tisse sa toile à partir d'une substance extraite de son corps, on considère la déesse-araignée comme la créatrice de l'étoffe spatio-temporelle, édifiant et animant toute la création et simultanément consciente de chaque vibration se produisant dans sa toile.

 Cette Dame du Filet déroule les fils de la vie et les tisse en respectant les modèles et la trame de toutes choses animées. Ultérieurement, on associe aux divinités les compétences qu’exigent le filage et le tissage, non seulement en tant que protectrices du métier, mais aussi en tant que représentantes du filage de la vie et de la mort. La déesse fileuse déroule le fil de chacun et chacune à partir des fibres de la vie, la Mère tisse la tapisserie de l'expérience, le temps coupe les fils et la divinité des ténèbres défait la tapisserie, en la réduisant à ses fibres élémentaires pour qu'elles soient à nouveau tissées. 

On considère le cycle menstruel utérin comme celui de la vie et de la fécondité au moment de l'ovulation et comme celui de la mort et de la stérilité au moment de la menstruation ; ce cycle est représenté par les phases lunaires, mais il est aussi un reflet des saisons terrestres. Dans beaucoup de mythologies, ce mystère de la matrice est illustré par un vaisseau magique ou à transformations. Dans les légendes du Graal, il prend la forme d'une coupe ou d'un plat ; dans la mythologie celtique primitive, il prend celle d'un chaudron et dans les textes alchimiques ultérieurs, sa forme est celle d'une bouteille ou d'un alambic. Ces vaisseaux offrent chacun abondance, fécondité, vie, transformation, inspiration spirituelle et initiation. Le légendaire du Graal, en particulier, propose une connaissance et une prise de conscience des énergies caractérisant la matrice et le cycle menstruel féminins. Le Saint Graal était, prétendait-on, le calice utilisé par le Christ lors de la Cène et qui, plus tard, sera tenu par Joseph d'Arimathie afin de recueillir le sang du Christ. Il était source de vie et de mort autant que d'inspiration spirituelle, car ceux qui y accédaient, mouraient en ce monde pour renaître dans l'autre.

Le Graal pouvait se remplir de vin blanc ou rouge, et comme l'utérus, il permettait d'accéder aux facultés d'ovulation et de menstruation, de vie et de mort. Dans les textes du Graal, les femmes n'allaient pas à sa recherche étant donné que le divin faisait déjà partie d'elles-mêmes. Tout au long de ces récits, les personnages féminins en reflètent les diverses facettes et facultés spécifiques, s'incarnant non en autant de femmes différentes, mais en autant de facettes présentées par la même femme. le légendaire du Graal nous révèle notre véritable caractère et, puisque nous sommes porteuses de ce Graal, la nécessité de reconnaître toutes les formes que prennent en nous les facultés potentielles qu'il confère et de les exprimer dans le monde matériel. 

Dans le récit intitulé L'Eveil, la Gardienne du Sablier est une représentante de toutes les femmes entre puberté et ménopause. Elle est née du premier écoulement sanguin menstruel et elle préside au rythme féminin jusqu'à la dernière menstruation. Elle symbolise la puissance du temps, des énergies créatrices, de la civilisation et de la vie elle-même. Une fois par mois, elle verse une larme salée : « l'eau de vie », et produit un œuf ainsi qu'une goutte de sang : « la source de vie », qui tombent dans une coupe -le Graal-, c'est-à-dire l'utérus.


EXTRAIT de Les forces du cycle féminin de Miranda Gray

jeudi 13 juillet 2017

Faire de l’amour une méditation


Extraits

Le sexe n’est pas ce qu’il semble être. Nous avons tous hérité d’idées préconçues au sujet de la sexualité, qui sont souvent fausses et forment un écran, une barrière, qui nous sépare du vrai pouvoir de la sexualité. Quand nous regardons au-delà de cet écran de malentendus, nous découvrons que le sexe est totalement différent de ce que nous pensons qu’il est. En explorant ma propre sexualité, j’ai découvert la vraie fonction du sexe, qui est d’apporter plus d’amour dans notre monde. Chaque personne peut devenir un messager d’amour en créant plus d’amour et ainsi apporter sa contribution au monde.


L’écran des conditionnements - nos expériences passées et nos idées- limite l’expression de notre sexualité en tant qu’être humain. Après tout, que veut un homme quand il fait l’amour à une femme ? Quelle est la motivation profonde pour faire l’amour ?

Ce n’est pas pour arriver à l’éjaculation ; c’est pour être aimé de la femme.


La femme est source d’amour, la mère de l’amour, et moi, en tant qu’homme, je peux avoir accès à cet amour. Pour moi, tout n’est question que d’amour. En étant dans le présent, j’ai découvert que dans la tranquillité, y compris la tranquillité intérieure dans le mouvement, je peux avoir accès ou connecter le « jardin d’amour » dans la femme. Et il n’y a rien de plus satisfaisant et touchant que de voir une femme s’ouvrir et irradier d’amour.


J’ai un espoir pour l’humanité ; c’est que l’homme trouve un chemin pour traverser l’écran du conditionnement sexuel, pour venir se détendre dans son autorité masculine naturelle. Pour qu’il puisse faire la paix avec la femme et faire l’amour à son corps, à son cœur et à son âme. p.7


Tous les enjeux majeurs qui ont toujours été considérés comme faisant partie de la sexualité sans jamais être remis en question tombent tout simplement.

Que nous en soyons conscient ou pas, une grande partie de notre personnalité, identité et perception de nous-même, trouvent leurs racines dans le sexe et dans la façon dont nous nous ressentons en tant qu’être sexuel. Le sexe joue aussi un rôle de confirmation de notre pouvoir et de notre puissance. Il est donc lié - consciemment ou inconsciemment - avec notre tentative de prouver notre vraie valeur et avec la pression de la performance qui en découle.

L’homme qui commence à expérimenter une sexualité plus tranquille, à l’opposé de ce que nous avons décrit ci-dessus, relate un soulagement extrême de ne plus subir de stress. Tous les enjeux majeurs qui ont toujours été considérés comme faisant partie de la sexualité sans jamais être remis en question tombent tout simplement. Ils ne sont plus d’aucune utilité. Pour se détendre dans sa sexualité, l’homme doit être encouragé à abandonner l’idée qu’en tant qu’homme, il est responsable à 100% de la qualité de l’échange sexuel, qu’elle soit bonne, passable ou insatisfaisante.


Au lieu de porter l’entière responsabilité de l’acte sexuel, ce qui lui demande un effort surhumain, l’homme peut découvrir comment simplement être en amour, intensément présent ici et maintenant, et explorer une nouvelle sexualité plus détendue, libre de la performance, sans efforts ni tensions.p.17




Ne pas être apprécié en tant qu’amant peut être très difficile à digérer pour un homme.


Une femme peut critiquer un homme sur pas mal de sujets, lui reprocher d’être un mauvais cuisinier, un mauvais conducteur, d’avoir un travail médiocre ou même d’être un mauvais père. Ces critiques ne sont certes pas faciles à entendre, mais elles ne sont pas rédhibitoires. Mais lorsqu’une femme se permet de critiquer nos comportements sexuels, de remettre en question nos performances d’amant, alors ces mots nous atteignent à l’endroit le plus vulnérable et ébranlent notre ego de mâle. Ne pas être apprécié en tant qu’amant peut être très difficile à digérer pour un homme.p.16


Ces ruptures du lien d’amour semblent tellement naturelles qu’on ne les associe pas directement à la sexualité

L’homme doit être conscient que souvent la femme s’identifie à l’orgasme/éjaculation de son homme. Dans ces quelques instants, la femme a l’impression que l’homme se donne à elle, et pour la femme c’est une sorte de confirmation. L’ironie est qu’elle déclenche chez l’homme le syndrome post-éjaculatoire, involontairement il perd de sa puissance (et elle aussi), tandis que le lien d’intimité et d’amour est rompu ou s’évapore. Parfois ces ruptures du lien semblent tellement naturelles qu’on ne les associe pas directement à la sexualité. On pense que c’est dû à notre personnalité et à notre façon de réagir. Pourtant, l’homme qui pratique la rétention d’énergie va commencer à se sentir totalement différent dans sa vie quotidienne. Les hommes racontent le plaisir qu’ils sentent naître dans leur cœur, la légèreté et la chaleur lumineuse qui irradie dans tout leur corps et leur être.


L’homme est aussi identifié à l’orgasme féminin, parce qu’il confirme qu’il est un bon amant et que cela conforte son égo de mâle (comme beaucoup de femmes simulent l’orgasme, ce n’est pas un retour tout à fait fiable). Le grand désavantage à faire jouir une femme, comme on l’a déjà dit, c’est que la plupart du temps l’homme éjacule quelques secondes trop tôt, à cause du haut niveau d’excitation et de tension, et ainsi perd sa puissance.p. 47


Le pénis est un instrument puissant capable de générer des états d’extase divine…

Le grand avantage de la présence à soi, d’être conscient pendant la pénétration, est qu’on peut sentir le pénis de l’intérieur, au niveau cellulaire. Finalement, vous avez le temps, il n’y a nulle part où aller (par exemple vers l’éjaculation), vous pouvez donc fixer votre attention à l’intérieur même du pénis. Écouter son pénis et rester particulièrement attentif à ses mouvements augmente considérablement sa sensibilité et permet de percevoir des sensations fines, délicates, cellulaires, absolument délicieuses qui se diffusent dans tout le corps. Mais pour que cela soit possible, il faut vraiment pratiquer une approche sans hâte, sans objectif, sans but.

Des expériences réellement extatiques, touchantes, palpitantes peuvent se produire par la mise en correspondance des pôles opposés. Quand le pénis et le vagin sont mis en présence dans un contact prolongé, ils se répondent l’un l’autre avec une intelligence innée. Le pénis est un instrument puissant capable de générer des états d’extase divine lorsqu’il est placé dans un environnement réellement complémentaire.p.90


Le pénis est capable d’effectuer une danse du serpent à l’intérieur d’une femme

Lorsqu’une relation s’établit dans le temps, il se peut que l’homme ait des pannes d’érection dues à la diminution de l’excitation. La femme est connue, la situation est connue, la routine est établie, il n’y a plus vraiment de quoi être excité. Pourtant, avec une nouvelle vision de la sexualité, on s’aperçoit que l’excitation n’est pas forcément nécessaire pour l’acte sexuel.

Sans aucun doute, l’érection peut survenir sans excitation ni stimulation à partir du moment où l’homme fait confiance à son pénis. En fait, une vraie érection est une réponse électromagnétique à la force égale et opposée exercée par le vagin. D’un état parfaitement au repos, le pénis peut s’élever lentement en réponse à l’environnement du vagin. La force féminine joue un rôle égal : sa réceptivité attire le pénis et le tire lentement vers l’érection, millimètre par millimètre. Le pénis se déplie lentement comme un serpent qui se dresse dans un mouvement en spirale. L’érection sans stimulation ni excitation peut aussi survenir lorsqu’on est dans une réelle intimité avec la femme. La force féminine exerce alors une attraction sur la force masculine sans que l’homme soit effectivement à l’intérieur de la femme. Certains hommes racontent que c’est comme si le pénis était réveillé par l’ambiance amoureuse créée par la présence et la conscience.


L’érection spontanée est celle qui surgit de nulle part, provoquée uniquement par la différence de polarité entre les forces dynamique et réceptive et par la présence des deux individus à ce moment précis. L’érection qui survient spontanément n’a pas besoin d’excitation ou de fantasmes pour se maintenir : elle a juste besoin de présence et d’attention. Au moment où l’attention de la personne vacille, le pénis commence à se rétracter, à se lover comme un serpent. En retrouvant sa présence et en lâchant les pensées parasites, l’érection revient rapidement. Le pénis est capable d’effectuer une danse du serpent à l’intérieur d’une femme, ce qui est une expérience fabuleuse pour l’homme.p. 98-99


Les hommes sont à la recherche d’une certaine autorité masculine, mais que signifie réellement être un homme ?

La capacité à rester présent définit réellement ce que signifie être un homme, particulièrement au vu de la confusion qui règne dans notre culture. Les hommes sont à la recherche d’une certaine autorité masculine, mais que signifie réellement être un homme ?

Ce n’est ni plus ni moins que la capacité à être présent. Si l’homme arrive à être présent dans la femme - sans la pénétrer avec un pénis assoiffé ou exigeant, mais avec un pénis qui est aimant ici et maintenant - alors le pénis peut commencer à « catalyser » ce qui s’est accumulé dans le corps féminin, et lui permettre de se détendre et de se transformer en pur amour - la qualité profonde de la femme.

Pour un homme, il n’y a rien de plus gratifiant que de voir la transformation se faire sous ses yeux. Loin d’être un fardeau ou une charge, cela donne le sentiment d’accomplir une noble tâche.

Être à l’intérieur de la femme avec conscience est un honneur. Ça me donne (Michael) une certaine confiance en moi - une autorité masculine.


À la fin de la retraite, un grand nombre d’hommes nous confient avoir enfin trouvé une vision positive de la masculinité, et avoir senti que c’est une expérience qui leur change complètement la vie. De plus, quand vous coopérez avec votre nature sexuelle, vous gagnez en maturité et devenez plus homme. Vous êtes plus présent, détendu et connecté à votre être profond ; vous êtes un être humain plus aimant.
p.132




De Diana Richardson et Michael Richardson

Présentation des auteurs


Diana Richardson est praticienne et enseignante en thérapies corporelles holistiques, elle est engagée personnellement depuis plus de 30 ans dans l’exploration de la sexualité tantrique. Enseignant de Tai chi et praticien de shiatsu, Michael Richardson partage avec Diana cette recherche inspirée par les enseignements d’Osho sur le tantra et par l’approche de Barry Long.
Au fil du temps, Diana et Michael ont développé une approche unique de la sexualité.


Ils ont écrit plusieurs ouvrages sur la sexualité et la relation de couple qui ont été traduits dans plusieurs langues. Sont disponibles en français : « L’extase sexuelle », « Slow Sex », « Amour et émotions » et « Slow Sex pour les hommes ».
Depuis 1993, ils enseignent aux couples l’art de la sexualité en conscience lors d’un séminaire d’une semaine, The Making Love Retreat.

La retraite Making Love est aussi proposée dans plusieurs pays par des couples d’enseignants habilités à enseigner l’approche de Diana et Michael Richardson. En France, elle est animée par Anne et Jean-François Descombes sous le nom : Faire l’amour en conscience.





Slow Sex pour les hommes 
Faire de l’amour une méditation

De Diana Richardson et Michael Richardson
Editeur: Almasta éditions, 2016
ISBN 978-2-940095-40-7
Pages: 208

mardi 11 juillet 2017

Christ’al Chaya et l’orgueil du féminin sacré


Lettre mensuelle

Bien-aimés de l’Un, je vous salue, soyez les bienvenues chères âmes, soyez accueillies, accueillies dans l’espace vibratoire des douze Cristaux Maîtres d’An d’Orion, d’où je suis, pleinement accueillies dans cet espace sacré et consacré, l’espace des douze Cristaux Maîtres d’An.

Je suis Christ’al Chaya, Maître d’enseignement et de rigueur, un Melchisedech de la Fraternité Dorée d’Orion et je viens vers vous, humains de la Terre, pour vous accompagner dans ce processus d’ascension, dans ce besoin d’intégration mémorielle et cellulaire.

Dans quelques mois, nous serons au Chili à Atacama, pour l’ouverture et l’activation d’une nouvelle trilogie de portails. Atacama en sera le premier, c’est une nouvelle trilogie dans les portails de solarisation. Nous avons choisi Atacama parce que ce territoire représente l’épicentre, l’équilibre du féminin et du masculin sacrés. A cet endroit, toutes les personnes présentes auront été, bien sûr, invitées parce qu’elles sont porteuses d’encodages spécifiques de sceaux spécifiques dont elles sont gardiennes depuis la Lémurie. Au moment où le vortex sur le portail sera installé, tous les sceaux seront libérés en chaque personne présente et installés par les Maîtres à l’intérieur du portail. Ce quatrième portail de solarisation est KSHA AMIN, il va traiter des extensions rebelles en lien avec l’orgueil.



Vos Êtres solaires qui descendent sont comme des nouveaux-nés. Au fur et à mesure qu’ils s’approchent de la nouvelle grille magnétique de la Terre, ils peuvent ressentir des résistances, des réticences à venir s’incarner dans vos véhicules humains. Peut-être parce que vous n’avez pas réglé vos problématiques liées à l’incarnation, parce que vous avez du mal à accepter de vivre dans ce système de survie. Peut-être êtes-vous las et prêts à mourir. Ce type de sensations ne va pas encourager votre Être solaire à s’incarner. De plus, votre Être solaire qui descend progressivement vers l’humanité terrestre, reconnecte à toutes ses anciennes mémoires galactiques où il s’est jugé d’avoir failli au Plan, il s’est jugé d’être impuissant, il s’est jugé de ne pas être à la hauteur, il s’est lui-même enfermé parce qu’il a perdu l’alignement du cœur, du Sacré Cœur.

Votre Être solaire évolue dans sa multidimensionnalité, dans des univers de conscience Père Mère, qui lui font ressentir uniquement son état d’être unifié à la Source, mais lorsqu’il s’incorpore progressivement à l’environnement terrestre, il se déplace avec son environnement karmique, l’environnement, les mémoires de son karma racine, de son karma où il s’est senti séparé de la Source. Les extensions se guérissent uniquement grâce à cette descente de l’Être solaire dans le corps de matière de l’humanité terrestre. C’est donc une opportunité pour votre Être solaire de grandir dans sa puissance de rayonnement, dans sa puissance d’action et de passer les différentes initiations qui lui permettront d’aller vers la maîtrise totale, la pleine puissance du rayonnement de sa Présence Je Suis.

Mais avant que votre Être solaire ne puisse vous retransmettre toutes les informations des plans multidimensionnels des univers dans lesquels il évolue, il a d’abord besoin, tel un enfant, d’être accueilli et de s’adapter à l’environnement terrestre. En tant que véhicule compatible, vous devez être pour lui comme une mère, comme un père, le rassurer, l’encourager à cette descente.

Avec le portail d’Atacama, c’est aussi une opportunité pour des entités leurres répliquantes de se libérer définitivement des contrats avec les familles involutives représentées par le Dieu/Déesse MAAB et ainsi, libérés du poids de la culpabilité et de l’orgueil, ces dissidents qui ont servi d’entités leurres, qui ont été créés précisément pour boycotter le mandat d’un Être solaire, enfin par l’ouverture de ce portail, ils vont pouvoir se libérer et entamer véritablement un chemin d’éveil. Ils accepteront enfin de faire allégeance à la Conscience Christos par l’éducation Melchisedech. Avec l’ouverture de ce portail, des Êtres seront affranchis, affranchis de la raison même pour laquelle ils avaient été créés. C’est un recyclage total qui est proposé aux dissidents leurres répliquants.

Grâce à l’ouverture du portail d’Atacama, les femmes pourront aussi traiter l’orgueil du féminin qui se croit supérieur au masculin car ayant cette qualité inhérente, cette qualité, cet attribut majeur des Christs, la rédemption, les femmes qui se croient supérieures, parce qu’elles portent le sang de la rédemption à travers leurs lunes, les femmes qui ont perdu la sororité à cause de la jalousie, de la frustration qu’elles peuvent parfois éprouver entre elles, tout ceci sera recyclé dans le portail d’Atacama et nous rentrons dans l’espace du deuxième chakra, la cocréation, dans l’espace où le Germe 1 grandit, se développe pour préparer ensuite la nouvelle Arche d’Alliance vers le portail de l’Éthiopie.

J’appelle tous les volontaires incarnés qui portent les sceaux de ce portail d’Atacama, de se joindre à nous pour l’ouverture et l’activation de ce portail.

Soyez bénis, soyez remerciés, pleinement remerciés et guidés dans votre évolution. 

OM SHANTI CHAYA


canalisation de Rosanna Nardicci http://www.christalchaya.com/index.html


vendredi 7 juillet 2017

Clés pour honorer la déesse en vous



« Traite-toi chaque jour comme une déesse »

Une phrase, une pépite, glissée à mon oreille sur une plage d’Indonésie il y a dix ans et qui a fait son chemin depuis. Mais, se sentir comme une déesse… c’est quoi ?

Nous sommes toutes passées par là : « Ah, si seulement j’étais plus mince, plus jolie, plus intéressante, plus intelligente, si j’avais plus d’argent, plus de temps, un partenaire plus présent… Je pourrais me sentir mieux, plus sexy, plus vivante, je réussirais mieux… »

Il y a plusieurs années en arrière, j’étais loin d’être connectée à ma déesse intérieure et encore plus loin de savoir comment l’honorer. Je pensais souvent à tout ce que je voulais changer en moi, les blocages que je rencontrais ou les choses qui m’embarrassaient et cela alimentait un cercle peu vertueux qui bien sûr m’empêchait de me réaliser pleinement et de briller de ma belle lumière. Jusqu’à ce « Traite-toi chaque jour comme une déesse » qui peut sembler un peu naïf, mais qui a marqué un tournant dans ma manière de vivre avec moi-même. Il y a une grande différence entre comprendre le concept avec son esprit et l’incarner véritablement. C’est un chemin. Éveiller et honorer ma nature de déesse fut, à ce moment-là, une décision, un engagement, une promesse avec moi-même. Les choses sont parfois un peu plus simples qu’elles n’y paraissent et peuvent commencer ici et maintenant, au moment même où vous lisez ces lignes. Prête ?



Découvrez 3 clés pour reconnecter à votre déesse intérieure et mieux vous honorer.

Clé n° 1 : Choisissez consciemment de vous porter de l’attention dans la bienveillance au quotidien.

À travers mes expériences personnelles autant que professionnelles, j’ai observé combien, souvent, les femmes, chacune à leur manière, entretiennent des comportements parfois peu respectueux de leur personne : mauvaise hygiène de vie, jugements excessifs sur soi-même, ou encore difficulté à poser des limites claires et à s’écouter.

Essayez d’observer…

Vous êtes en train de vous juger ou vous êtes dure avec vous-même...?

Pouvez-vous envisagez d’être un peu indulgente avec vous, comme vous le feriez avec une amie que vous aimez beaucoup ? Laissez passer cette pensée, ce jugement et l’histoire qui va avec sans vous y identifier. Respirez profondément et souriez-vous avec bienveillance. Savoir se foutre la paix, c’est aussi ça se sentir une déesse !

Pour d’autres, cela passera par une difficulté à poser et respecter ses limites. Vous êtes épuisée mais vous vous forcez à faire quelque chose pour faire plaisir à quelqu’un ? Réfléchissez à comment mieux honorer vos limites au quotidien, elles sont une marque d’amour et d’estime de soi.

Demandez-vous…

Que pouvez-vous faire chaque jour pour vous aimer un peu plus et cultiver la bienveillance à votre égard ? Pouvez-vous essayer de vous connecter un peu plus à vous-même et d’écouter ce dont vous avez vraiment besoin ?

Clé n° 2 : Tournez votre attention sur les forces déjà disponibles en vous.

Quelles sont les parties de vous qui se sentent déjà éveillées, déjà puissantes, déjà connectées, déjà une déesse ? Valorisez ce qui est déjà. Donnez de l’attention, du temps, de l’amour à votre nature de déesse pour la nourrir, en prendre soin pour la faire grandir. Décidez de célébrer cette partie de vous, glorieuse, expressive, qui a toujours été là. Parfaite, comme elle est.

Clé n° 3: Éveillez votre capacité à vous assumer totalement et à être présente à vous-même.

Être une déesse ne veut pas dire être parfaite ! Renoncez à essayer d’incarner seulement les meilleurs côtés de vous : se montrer la plus gentille, la plus douce, avoir l’air d’être quelqu’un de très bien, ou d’être toujours forte... Tous ces masques que l’on porte pour avoir l’amour ou l’approbation des autres. Soyez vous ! Gardez en tête que vous pouvez échouer tout en étant une déesse, vous pouvez avoir des rondeurs tout en étant une déesse, vous pouvez être en colère, ou triste, tout en étant une déesse ! Être une déesse ne consiste pas non plus à se débarrasser de nos blessures, ou à prétendre qu’elles n’existent pas mais à faire face aux blessures, aux émotions, aux échecs… À savoir être présente à soi, s’aimer, se consoler, se soigner… Le monde a besoin de votre authenticité, de vos vulnérabilités, donnez-leur de l’espace pour sortir de cette contraction de devoir être d’une certaine manière ! Prenez votre place, pleurez, riez, soyez en colère, aimez… C’est un cadeau que vous vous ferez et que vous ferez aux autres. Parce vous êtes parfaite là maintenant, tout de suite et que le monde a besoin de vous voir comme vous êtes !

L’intégration de ces trois clés nous amène à vivre nos vies de femmes plus alignées avec notre nature de déesse. Les choses changent à partir de notre intérieur et se manifestent dans toutes les sphères de notre vie : notre vie amoureuse, sociale et professionnelle, comme dans notre sexualité, devenant ainsi plus authentiques en étant le reflet de notre vérité intérieure.

En résumé, pour être une déesse, n’ayez pas peur d’être vous-même et de briller de votre belle lumière !

samedi 1 juillet 2017

Le point de vue d’un médium sur les Flammes Jumelles



Qu’est-ce qui est important dans la relation de flammes jumelles ?

Ce qui est important, c’est que c’est une histoire d’amour. On a tendance à l’oublier. Et ça commence par l’amour de soi. Quelqu’un qui n’est pas capable de s’aimer soi, sera incapable d’aimer l’autre d’un amour inconditionnel. C’est ce qu’on nous demande dans l’histoire de flammes jumelles. Ce n’est pas toujours facile de s’aimer, de ne pas se perdre, ne pas perdre ses principes, ses valeurs, sa constitution. S’aimer soi et se respecter donne accès à quelque chose de plus noble, de plus pur, pour ensuite s’unir à l’autre dans un amour aussi pur qui permet d’accepter l’autre tel qu’il est, dans son authenticité, de ne pas essayer de le changer. C’est un chemin parfois compliqué mais c’est belle route. C’est une redécouverte de soi, une redécouverte de l’autre, une redécouverte de l’amour. Je pense qu’on ne sait pas aimer. Le chemin est aussi important que l’arrivée. Tout le monde cherche la réunion mais il ne faut pas la précipiter. Il faut vivre pleinement la séparation. Il y a tellement de choses à récolter tout le long du chemin. C’est une vraie transformation. Ensuite, c’est vraiment du bonheur grâce à tout ce qu’on a appris. C’est une histoire d’amour avec un grand A, qui commence par l’amour de soi.

La séparation entre les flammes jumelles peut se faire de différentes façons, qu’est-ce qui fait qu’elle prend une forme ou une autre ?

Cela dépend de ce qui a été vécu dans les vies antérieures. S’il y a eu quatre incarnations où les jumeaux se sont retrouvés et ont tenté de se réunir, il y a quatre raisons qui ont fait qu’ils n’ont pas pu fusionner. Elles vont être prises en considération par les âmes pour déterminer une séparation qui va leur être favorable. Tout ce qu’on n’a pas su dépasser va déterminer ce qu’on va vivre aujourd’hui. Et tout ce qu’on a réussi va nous apporter une force, une ressource qui va nous permettre de dépasser tout ça avec plus d’aisance. Il y a plein de séparations atypiques. Le point commun, c’est de ne pas pouvoir s’unir à l’autre et vivre son amour pleinement. C’est ce qui va permettre de travailler sur soi, de dégager le karma, de s’aimer soi et d’aimer l’autre de façon plus pure, plus simple. Quelle que soit la forme que ça va prendre, c’est une étape importante qui nous prépare à la suite.

On revit d’une façon différente les difficultés des précédentes vies pour les dépasser ?

Oui. S’il y a eu quatre raisons qui font qu’on n’a pas pu se réunir, elles vont toutes être revécues. Avec les âmes soeurs, on va inverser les rôles : un coup bourreau, un coup victime ou on va faire quelque chose qu’on n’avait pas réussi à faire. Alors que les flammes jumelles vont revivre à l’identique les mêmes épreuves. Par exemple, si dans une première vie, l’un des deux n’a pas su faire face à cette séparation et s’est donné la mort : cette séparation va être revécue d’une autre façon. Dans la seconde vie, il va falloir cicatriser la première, ils vont revivre une situation où celui qui s’est donné la mort va de nouveau avoir de la difficulté à attendre l’autre. Il va cicatriser cette première vie mais n’aura pas suffisamment de force pour dépasser complètement la séparation : il ne va pas se tuer mais il va partir avec une autre personne. Dans la troisième vie, la première vie où l’un s’est tué a été cicatrisée et ils vont la revivre plus facilement mais la deuxième n’a pas été cicatrisée et ainsi de suite. Dans la cinquième vie, ils vont revivre la première vie facilement parce qu’elle a été cicatrisée quatre fois symboliquement, et puis la deuxième et la troisième. Par contre la quatrième vie n’a pas été cicatrisée et ça va être l’étape ultime qui va séparer les jumeaux, la plus grosse complication à dépasser. Les quatre vies sont revécues dans un format plus souple et plus doux. Ce sont des situations où on va se dire :

«j’ai l’impression que je vais mourir ». C’est une émotion qui sort pour clôturer.



Quelle est la différence entre une rencontre d’âmes soeurs et de flammes jumelles ?

Quand on rencontre une âme soeur, il y a une alchimie mais elle est différente de la flamme jumelle. La flamme jumelle, on sait que depuis tout petit on l’attendait, sans la connaitre, et il y a plein de choses qui remontent à la surface. Quand on la voit, on la reconnait parce qu’on l’a toujours connue et toutes les vies antérieures vont revenir. Ça vient du coeur et pas de la tête. L’âme soeur est forte, foudroyante, mais elle n’est pas animée par les mêmes choses, c’est une relation totalement différente. Les deux sont fortes et merveilleuses à vivre. Toutes les histoires d’amour nous font travailler. Il y a toujours des choses à apprendre sur soi, sur la vie, sur les autres et c’est toujours porteur. J’ai un parcours un peu atypique parce que je suis médium mais quand j’ai rencontré ma flamme jumelle je ne savais pas. Je ne savais même pas ce qu’étaient les flammes jumelles. Il y a eu quelque chose d’évident, une reconnaissance  avec cette personne mais pour moi c’était un lien d’âme, quelqu’un que j’avais connu avant et c’est tout. C’est plus tard que je me suis vraiment dit : « ah il y a un lien qui est quand même assez particulier ».

Qu’est-ce qui t’a fait sentir que c’était vraiment quelque chose de différent ?

La manière dont c’est arrivé. Pendant 8 mois, involontairement, j’ai tout fait pour ne pas rencontrer cette personne. J’allais à gauche quand on me disait d’aller à droite. Le jour de la rencontre, le temps s’est figé. On voit la personne, les yeux s’arrêtent, on rentre dans une bulle intemporelle et on se dit : « là il y a un truc qui passe ». C’est très émotionnel, le corps parle. Ce n’est pas un coup de foudre, ce n’est pas de l’amour, c’est indescriptible. Il y a une énergie, une vibration qui nous envahit et on se demande ce qu’il se passe. Je ne peux pas dire que je suis tombé amoureux tout de suite, il y a quelque chose mais c’est indéfinissable.

Mon corps m’a parlé, je me suis dit : « je n’ai jamais vécu ça, il se passe quelque chose de vraiment particulier, je sais que c’est toi ». Cependant, il faut être prudent parce que la dernière histoire chasse la précédente. On a toujours l’impression d’aimer plus son dernier amour que celui d’avant, on a tendance à oublier. Pour moi, ce n’est pas l’amour qui est arrivé dès le début, ça a été une émotion, une énergie, une vibration, une complicité, le temps qui s’arrête. C’est intense, c’est fort mais ce n’est pas un coup de foudre.

On dit que ça peut déclencher des montées de kundalini, de la télépathie… Est-ce que ça peut arriver sans que ce soit des flammes jumelles ?

Complètement. La télépathie, les montées de kundalini, c’est donné à tout le monde. D’ailleurs la télépathie c’est de la médiumnité. Quand je rentre en contact avec des guides ou des défunts c’est de la télépathie. Souvent les gens me disent « je suis en télépathie avec cette personne, c’est mon jumeau ». Peut-être, mais c’est surtout de la médiumnité. On se connecte à l’âme de la personne. C’est là qu’il ne faut pas confondre. Les montées de kundalini c’est pareil. C’est juste que l’on est en harmonie avec quelqu’un parce qu’on est reliés de cœur à coeur. On peut être en télépathie avec une amie, avec son enfant, avec plein de personnes, avec quelqu’un que l’on aime tout simplement.

Où se trouvent les similitudes entre jumeaux ?

C’est au cas par cas. Les similitudes ne sont pas des signes qui vont permettre de dire si on est en présence de sa flamme jumelle. On peut avoir des amis ou un frère qui portent les mêmes blessures, qui ont vécu des événements similaires ou qui ont le même caractère… Dans ces relations de flammes jumelles, il faut lâcher son mental et son ego.

Les gens cherchent à trouver des raisons qui confirment qu’ils sont en présence de leur jumeau. C’est là où je suis très vigilant. Plus on va trouver de raisons à cette histoire, plus on va la mentaliser et moins il y a de chances que ce soit une histoire de flammes jumelles. Il faut laisser faire les choses, tout est possible. Il peut y avoir plein de similitudes comme n’y en avoir aucune. Un monsieur m’a appelé et pensait qu’il n’était pas en présence de sa flamme jumelle parce qu’il ne faisait pas de télépathie. Mais tout le monde ne fait pas de télépathie avec son jumeau. Il n’y a vraiment pas de règles et je pense qu’il est dangereux pour les gens d’analyser le nombre d’éléments qui confirment, qui rassurent, qui donnent une raison à cette histoire d’amour alors que ce sont des histoires qui n’ont ni queue ni tête et qui sont assez déraisonnables.

Qu’est-ce que tu appelles déraisonnable ?

On ne peut pas y trouver de raison. Il y a souvent des différences de cultures, géographiques, sociales à dépasser… Si on cherche à réfléchir, à mentaliser, on se torture et on devient fou. Quand on vit les choses pleinement, avec son coeur, on lit entre les lignes parce qu’on se fie à ses ressentis, à son intuition, c’est beaucoup plus simple. Ce sont  des histoires folles mais elles ne sont pas irraisonnées, elles sont déraisonnées, il ne faut pas leur donner de raison. Il faut lâcher le mental, les explications et se fier à son coeur.

On dit parfois qu’il n’y aurait pas d’attirance physique entre les jumeaux ?

Ça arrive dans le sens où les gens me disent parfois : « j’ai rencontré quelqu’un, mais ce n’est pas du tout mon style ». Par contre, on ne peut pas être rebuté par l’autre personne. C’est juste que ce n’est pas forcément notre style d’homme ou de femme. Il y a quelque chose qui ne vient pas de la tête, qui vient du coeur, c’est le feeling, l’alchimie, les énergies s’attirent. Il y a une attirance mais ce n’est pas un coup de foudre. Ce n’est pas le physique qui parle c’est l’âme. Il y a toujours une attraction, mais elle est indéfinissable. La personne qui me dit : « je suis tombé amoureux au premier regard », je ne suis pas sûr que ce soit sa flamme jumelle. Il y a un proverbe qui dit : « ce n’est pas parce qu’elle est belle que je l’aime, mais elle est belle parce que je l’aime ». On ne tombe pas amoureux d’un physique, on tombe amoureux d’une personne et après on la trouve belle parce qu’on est amoureux d’elle. C’est un amour qui est pur et qui est tourné vers l’autre. A l’inverse, l’amour passionnel chez les âmes soeurs est égoïste, tourné vers soi. On a des manques, des compromis, on n’a pas confiance en soi, on ne s’estime pas, on ne s’aime pas et on va demander à l’autre de tout combler. L’histoire de flammes jumelles c’est différent, c’est ce qu’on apprend dans les séparations, on nous demande de fonctionner différemment, de réapprendre à aimer l’autre.

Qu’est-ce qui est différent au quotidien quand on est avec sa flamme jumelle ?

Tout est simple. Il ne faut pas se dire que la vie est extrêmement belle et merveilleuse, ce n’est pas vrai, on est monsieur et madame tout le monde. Mais la vie est simple parce que chaque problème aura sa solution et qu’on ne rentre pas en conflit. On peut être en désaccord mais il va y avoir une discussion, les deux vont s’écouter et trouver une solution. Ce n’est pas l’un qui va dominer l’autre. Souvent, dans un couple, il y en a un qui va « porter la culotte », là ce sont les deux qui vont la porter ou aucun ne va la porter. C’est ce qui va rendre plus simple et plus belle cette histoire, il n’y a pas de problème, il n’y a que des solutions.



L’amour est tellement pur, il n’y a pas de suspicion, de jalousie, de possession. Plein de problèmes n’existent pas. Il y aura évidemment des incompréhensions et un travail à faire. Dans le couple, on a quand même plein de choses à régler. Mais on s’accorde, on respecte l’autre et on est libres. Il n’y a pas de tricherie, pas de mensonge, tout coule, c’est un amour qui est inconditionnel. Quoi que l’autre va faire, on va l’aimer. Et on ne va pas nous demander de nous perdre dans une relation, d’aller à l’encontre de nos principes, de nos valeurs, de notre constitution… On sait comment répondre aux attentes l’un de l’autre, on sait ce qu’on peut lui donner, on n’attend plus rien, on reçoit, on accueille ce que l’autre est en mesure de nous donner. On avance à deux, côte à côte et pas l’un contre l’autre, ni l’un au-dessus de l’autre. C’est pour cela que la séparation nous prépare. C’est une préparation à l’amour, un entraînement, un échauffement. On nous apprend à aimer l’autre de manière beaucoup plus pure.

L’amour inconditionnel c’est l’amour de nos guides, c’est un amour qui est sans jugement, c’est de la sagesse, de la bienveillance, on s’aime vraiment.

Certains disent qu’il peut y avoir des problèmes de communication, que c’est parfois plus simple avec une âme soeur ?

Je ne suis pas d’accord avec ça, c’est beaucoup plus simple avec une flamme jumelle. Mais pendant la séparation, c’est compliqué oui. Et la grosse erreur c’est d’essayer de comprendre l’autre alors que c’est un travail sur soi. La plupart des gens regardent ce que l’autre fait ou ne fait pas en disant : « mais il ne travaille pas, il ne se rapproche pas de moi » et ils ne se regardent pas eux, ils ne font pas leur travail. C’est là qu’il y a un problème de communication parce que c’est une histoire qu’il ne faut pas essayer de comprendre. Ensuite la communication est extrêmement simple.

Quel est le rôle des flammes jumelles ?

Le rôle des flammes jumelles c’est de travailler sur soi pour ensuite s’unir à l’autre et après aller vers les autres. Ne serait-ce que pour sa famille, ses amis : on fait travailler les autres, on va transmettre quelque chose. On va peut-être ressortir le karma encore plus que quelqu’un d’autre mais on a aussi plus de facilités à travailler sur soi. Quand on a dépassé les difficultés de cette histoire d’amour, en termes de lâcher prise, de détachement, de tout ce qu’on nous demande de faire, on est capable de faire face avec plus d’aisance et peut-être de faire un peu plus de travail. Ça donne une force et on n’est plus tout seul, on est branchés dans l’amour inconditionnel 24h/24h. C’est l’amour de Dieu, c’est une source inépuisable, c’est un apport énergétique qui est juste exceptionnel.

Tout le monde n’a pas de flamme jumelle ? Comment va se traduire le fait d’avoir ou pas une flamme jumelle ?

Non, tout le monde n’en a pas. Tout comme sur Terre tout le monde n’a pas un jumeau. Quand on est en présence de sa flamme jumelle, on va vivre cette histoire particulière. Si on n’a pas de flamme jumelle ou qu’elle n’est pas incarnée, on est un homme, une femme comme tout le monde. Il n’y a aucune singularité, aucune différence. On n’est pas plus ou moins que quelqu’un d’autre.

Est-ce qu’on sent si on a une flamme jumelle ?

Il faut faire attention, il y a des gens qui vont créer ce sentiment d’avoir quelqu’un d’autre à qui s’unir. Mais j’ai toujours su, tout petit, qu’il y avait quelqu’un qui m’était destiné. Je savais que je rencontrerai l’amour avec un grand A et toute ma vie je l’ai cherché, je l’ai attendu. Je savais qu’il y avait une relation extrêmement importante et évolutive, dans ma vie d’homme et de médium, mais je ne savais pas que ce serait une flamme jumelle. Recevoir cette information avant même de rencontrer la personne, ce serait nous induire en erreur. Il faut vivre les choses naturellement, les découvrir. C’est là où la guidance a sa justesse, sa bienveillance et la sagesse de ne pas tout dire. Il y a des choses qui doivent rester secrètes et qu’on doit découvrir naturellement.
C’est aussi ce qui fait le charme de l’amour : tomber amoureux parce que je l’aime et pas parce qu’on me l’a dit.

Il faut être avec la personne avec qui on a envie d’être sans se focaliser sur le fait que ce soit une flamme jumelle ou pas ?

Oui. C’est une histoire d’amour avant tout, c’est là où le lien d’âme n’est pas important.
Que ce soit âme soeur ou flamme jumelle, il n’y a pas de lien qui soit plus fort que l’autre. C’est juste l’amour que l’on va porter à l’autre qui sera différent : passionné ou inconditionnel, ça dépend de ce qu’on doit travailler, de ce que notre âme a envie de dépasser et qui est le meilleur pour nous. Ce qui est important c’est d’être heureux. On peut être célibataire et extrêmement heureux, comme on peut être en couple et extrêmement malheureux. J’ai vécu trois ans une histoire d’amour avec une âme soeur, j’étais très amoureux mais j’étais très malheureux…

On dit parfois qu’une relation avec une âme soeur est plus intense que la relation avec la flamme jumelle, parce qu’il n’y a pas ce côté « besoin », « manque », qu’en penses-tu ?

Je trouve que c’est le contraire. Ce n’est pas parce qu’il y a moins de besoins, de manques, qu’on s’aime moins, bien au contraire. On a su dépasser tout ça et on sait que dans cette histoire d’amour on est indépendant, on laisse la liberté à l’autre, on l’accepte tel qu’il est et on ne se perd pas dans la relation. Les âmes soeurs, ce sont des relations qui sont folles, puissantes, pleines d’amour mais passionnelles parce qu’on va demander à l’autre de combler tout le vide que l’on a en soi. On va avoir en permanence besoin d’être avec l’autre. Avec mon âme soeur, on faisait tout à deux, on ne pouvait pas se séparer. La flamme jumelle, on n’a pas besoin d’être avec elle. Avec ou sans elle, on l’aime, il n’y a pas de manque, pas de besoin, si on est avec elle c’est super et si on n’est pas avec elle c’est super aussi. Ce n’est pas qu’on l’aime moins, c’est que le manque n’a pas lieu d’être. Quand on a confiance en soi, confiance en l’autre, quand on l’aime purement et simplement, c’est normal  d’avoir envie d’être avec l’autre, mais le manque et l’absence ne sont synonymes de souffrance.

Pendant la séparation ça peut être douloureux mais dans la réunion non. On sait que l’autre est bien et que l’on va le retrouver. On arrive à être bien ensemble et bien séparément. C’est là où ça prend vraiment tout son sens : c’est l’un avec l’autre, l’un sans l’autre mais toujours l’un pour l’autre. C’est beaucoup plus fort et beaucoup plus simple.

Même si l’autre n’est pas là, on le sent ?

Oui, on le ressent parce qu’on est connecté à lui. Les âmes se sont connectées, tous les corps énergétiques sont en symbiose, l’autre est dans notre coeur. C’est un amour qui vient vraiment du coeur, l’âme soeur ça vient plus de la tête, c’est un amour qui est mental, raisonné. Quand on a de la télépathie avec son jumeau, ce n’est pas ce qu’il dit qui fait chaud au coeur, c’est ce qu’on ressent, c’est cette énergie qu’on reçoit. Il y a une petite voix qui va transmettre un message mais c’est l’amour qui est envoyé à travers cette télépathie qui est marquant.

L’amour que l’on ressent, l’amour que l’on reçoit est exceptionnel. L’histoire en elle-même est extrêmement banale, c’est l’amour qui est vraiment puissant et qui ouvre toutes les portes. On est tellement bien dans ses baskets, on sait lâcher prise, on est patient, on a la foi, on a confiance et ça coule. Ça vaut le coup mais ça se mérite.

Ceux qui ont des difficultés peuvent aussi se mettre en couple avec quelqu’un d’autre qui va pouvoir les aider. Une tierce personne peut arriver et aider le fuyant à revenir vers l’abandonné. Je te donne un scoop : je vais bientôt faire une vidéo sur l’allié. Il arrive parfois qu’on ait un allié dans l’histoire de flammes jumelles qui va donner un coup de pouce. C’est souvent une âme soeur aux deux jumeaux, ce peut être un enfant ou un ami. En consultation, j’ai eu une femme dont l’alliée est sa fille, qu’elle a eu d’une précédente union. Lorsque son jumeau appelle à la maison, avant même de l’avoir entendu au téléphone la petite répond et elle dit : « c’est papa ».

Ça fait plein de belles histoires !

Oui et il n’y a pas de mode d’emploi, il ne faut jamais dire jamais, tout est possible.

Retrouvez David Sabat sur :