Nombre total de pages vues

vendredi 6 avril 2018

Le retour de la femme libre



Jeshua, Marie et Marie-Madeleine. Nous sommes honorés d'être ici avec vous. Nous vous voyons comme nos frères et nos sœurs. Nous sommes Un par le cœur. Et pour moi, Jeshua, c'est très libérateur d'être ici aux côtés de mes amies, parce que je suis souvent considéré comme le seul représentant de la conscience christique. Mais ce n'est pas l'entière vérité. Des femmes ont été présentes à mes côtés pendant ma vie sur Terre et elles ont été essentielles à ma mission. À l'époque, il n'était pas acceptable pour les femmes de faire ce que j'ai fait, d'être un enseignant public. Mais ma mère et Marie-Madeleine étaient toutes deux des guerrières spirituelles. Elles m'ont aidé à planter les graines de la conscience christique.



Aujourd'hui, nous parlons des énergies masculine et féminine.

Mes compagnes d'âme et moi parlons d'une seule voix. Dans votre histoire, l'énergie féminine a été profondément blessée. Cela a eu des conséquences importantes à la fois pour les hommes et pour les femmes sur Terre. Ce ne sont pas seulement les femmes qui ont souffert de la domination masculine, les hommes aussi ont été blessés.


La blessure féminine

Nous allons d'abord parler de la blessure féminine.

Nous vous demandons d'imaginer une femme. Elle représente la totalité de l'énergie féminine. Cette énergie féminine a été dégradée, et traitée avec violence. L'effet que cela a eu sur les femmes est que celles-ci se sont retirées de la partie inférieure de leur corps, là où réside leur puissance. Spécialement lorsqu'il y a eu des violences sexuelles. À cause de ce trauma, les femmes ont retiré leur conscience de la partie inférieure de leur corps.

Il leur est devenu difficile d'être conscientes d'elles-mêmes et enracinées. Projetez cette femme devant votre regard intérieur. Elle représente l'énergie collective des femmes. Dans cette image, vous pouvez visualiser une sorte de trou dans son ventre. Elle a retiré sa conscience de cette zone et elle se sent en insécurité parce qu'elle manque de fondations. Dans son ventre, vous pouvez entendre des cris de douleur et d'angoisse.

Nous aimerions inviter chacun de vous, homme ou femme, à envoyer de la lumière à cette femme, en direction de son ventre. De cette façon, vous vous offrez aussi de la lumière.

À présent, Marie-Madeleine prend la parole.

Je suis Marie-Madeleine. Je vous aime profondément. Je suis toujours avec vous. Je me suis élevée au-dessus de la blessure féminine et je souhaite à présent toucher avec douceur cette zone douloureuse pour aider les femmes à renaître avec joie et fermeté, et qu'ainsi, la puissance féminine puisse revenir pacifiquement. Je ne veux pas de conflits. Je viens en paix et je lance un appel particulier aux femmes.

Toutes, vous avez été blessées au cours de l'histoire, mais actuellement, vous retrouvez votre force. Cette époque est la vôtre.


La blessure chez les hommes

Je souhaite vous rappeler que les hommes ont aussi besoin d'aide. Vous, en tant que femmes, êtes familières de cette blessure présente dans votre ventre, de la douleur et du trauma d'avoir été dégradées. Mais qu'est-il arrivé aux hommes ?

À cause des énergies masculines dominatrices dans le passé, du pouvoir et de l'oppression exercés, les hommes ont été forcés de fermer leur cœur. Ils ont dû être forts et durs. C'était une sorte d'image idéale de l'homme.

Mais ainsi, les hommes se sont coupés de leur part féminine. Beaucoup d'entre eux se sont retrouvés enfermés dans leur tête. Il leur est devenu difficile d'exprimer leurs émotions et leurs sentiments. Et leur incapacité à se connecter à leur part féminine, à leurs sentiments, est aussi une blessure. Vous ne vivez pas pleinement votre vie lorsque vous n'avez pas accès à vos sentiments. En fait, vous êtes déconnectés de votre âme. Et par conséquent, chez les hommes, il peut y avoir un sentiment de solitude et de séparation perçu comme un trou dans leur cœur.

Vous voyez donc que les hommes et les femmes ont été tous deux blessés dans le passé. La blessure des femmes est localisée dans leur ventre, la blessure des hommes est comme un trou dans leur cœur.

Femmes, tendez la main aux hommes

Je veux dire ceci aux femmes : à mesure que vous regagnez votre puissance, que vous reconnaissez votre véritable force, tendez la main aux hommes. Ils ont besoin de votre aide. Ils se sont coupés d'eux-mêmes, ils sont devenus des étrangers chez eux. Ayez de la bonté, soyez compatissantes envers eux.

Parce que la nouvelle Terre ne peut naître que si les deux sont en harmonie. Si l'homme et la femme comprennent leurs blessures mutuelles, ils peuvent bâtir un pont entre eux.

Je demande donc aux femmes de se joindre à moi et d'envoyer de la lumière dans le trou qui est dans leur ventre, et de cette lumière jaillit une corde qui va droit dans la Terre. En tant que femmes, ressentez votre connexion à la Mère Terre. Vous êtes si puissantes et si essentielles à la vie. Souvenez-vous de votre véritable force.

Et à mesure que vous redevenez conscientes de vous-mêmes, tendez la main aux hommes et envoyez de la lumière dans le trou qui est dans leur cœur.




Vous êtes faits pour vivre dans la joie

Vous êtes au seuil d'un temps nouveau. Vous êtes faits pour vivre ensemble en tant qu'hommes et femmes, pour avoir de la joie et rire ensemble en tant qu'êtres humains.

En beaucoup d'entre vous, je vois des guerriers fatigués. Vous avez tant lutté et certains d'entre vous sont très fatigués et déçus. La réponse à votre douleur réside dans un mode de vie très simple. Vous sentir vraiment connectés à la Terre et vivre en harmonie avec la Nature, jouir des plaisirs humains simples, de l'amour entre un homme et une femme, avoir des liens d'amitié avec des êtres en affinité avec vous, et vivre en paix avec votre entourage et la Nature, telles sont les promesses de la nouvelle Terre.

Au cours de ma vie sur Terre, j'ai fait l'expérience en profondeur de la blessure féminine. J'étais une amie proche de Jeshua. J'ai pu ressentir sa force et sa sagesse, mais aussi ses peines et ses doutes. Il y avait entre nous une compréhension intime mutuelle. Et j'ai éprouvé une profonde douleur, un profond chagrin lorsqu'il a dû partir, lorsqu'il a été tué. Souvent, lorsqu'il parlait, je pouvais ressentir ses paroles non seulement dans ma tête, mais aussi dans mon corps tout entier. Je n'aimais pas argumenter autour de ses paroles, de ses messages. J'étais donc assez différente de ses autres disciples. Parfois, ils se moquaient de moi. Parfois, je me sentais très seule. J'étais considérée comme une femme «libre», non-conventionnelle. Je suis vraiment très heureuse de voir que maintenant, les femmes libres sont de nouveau les bienvenues dans ce monde !

Beaucoup de choses ont changé depuis l'époque de Jeshua et je vous dis que ces femmes libres seront les guides du nouveau monde. Je vous invite toutes à vous affirmer dans votre vraie puissance.

Dans le passé, lorsque les femmes étaient sauvages, libres et passionnées, elles étaient souvent qualifiées d'hystériques. Au Moyen-âge, elles étaient appelées sorcières. En réalité, ces femmes - j'ai été l'une d'elles - étaient mues par l'amour.

À présent, il est temps que les femmes montrent à nouveau leur vraie puissance, non pas de manière agressive mais de façon à réconcilier le masculin et le féminin.

Vous pouvez aussi écouter la transmission directement en cliquant ici +
Elle est en anglais, avec une traduction simultanée en français par Christelle Schoettel

Pamela Kribbe transmet Marie-Madeleine
Octobre 2011, Espéraza (Aude, France)

Le réveil des gardiennes de la Terre



Aujourd’hui, il est essentiel que la femme se rappelle son rôle de gardienne, d'initiatrice ou de semencière, œuvrant aussi bien pour elle-même, pour ses proches, que pour l'ensemble des êtres vivants. En actualisant ce rôle primordial, elle pourra démontrer – de manière vivante – que nulle évolution ne peut advenir chez l’être humain sans la connaissance qui le relie intimement à la nature. Car nous faisons partie intégrante de cette nature et c'est en renouant le dialogue avec la Terre que nous apprendrons à aimer vraiment...

En suivant ce chemin, chaque femme, mais également chaque homme, fera naître en elle ou en lui le désir de ré-enchanter sa vie et son environnement pour devenir, à son tour, un(e) gardien(ne) de la Terre.

Voici venu le temps où émerge l’énergie féminine sur notre douce Terre Mère. Dans les traditions primaires sacrées, tout autour du globe, les baguettes de pouvoir ont été placées entre les mains des femmes. Après des milliers d’années de domination de l’énergie masculine, le balancier a basculé du côté du Féminin. Et c’est juste à temps, compte tenu des terribles dommages et destructions sur Terre où nous a entraînés le côté dégradé de notre part masculine à l’intérieur de nous. Nous sommes face à des défis, si nous souhaitons vivre sainement et durablement, en incluant tous les êtres vivants sur Terre.

Le pouvoir nourricier et de renouvellement du Féminin est ce qui est nécessaire pour faire face à cette crise avec amour et puissance.

Et nous ne parlons pas là simplement des hommes et des femmes, mais de manières d’approcher le monde. Selon l’approche traditionnelle, un homme bon (particulièrement un chef) utilisait son énergie masculine pour guider son peuple, prendre part activement au monde, protéger et pourvoir ; cependant, tout aussi important était le fait qu’il consacre cette énergie de manière féminine en services aimants et au soutien des êtres et de toute vie. Ce dernier aspect semble manquer à nos dirigeants aujourd’hui.

Par Marianne Grasselli Meier - http://espritdefemme.ch/



Message de Brooke Medicine Eagle

Pour cerner la place de la « nouvelle » spiritualité féminine, plaçons-nous d’abord dans le contexte historique de l’émancipation féminine. Le mouvement féministe a visé des priorités d’ordre social tels l’égalité salariale, le choix des professions – ouvertes tant aux hommes qu’aux femmes – et le partage des tâches relevant du domaine privé (tâches ménagères, éducation en commun de l’enfant). Cette avancée a permis aux femmes occidentales d’accéder à une sphère de liberté ; d’avoir le pouvoir de décision sur leur propre corps, en ayant, par exemple, à disposition des moyens de contraception pour choisir d’avoir ou non des enfants. Sur le plan de la pratique spirituelle, elles ont accédé à la prêtrise dans certaines communautés religieuses. Si cela nous semble novateur, paradoxalement, il s’agit d’un retour aux sources. Car, parallèlement au mouvement social, des chercheuses universitaires, ayant centré leurs travaux sur les cultes anciens, ont retrouvé maints lieux de culte dédiés à la Grande Déesse, la Mère des origines.

Selon ces chercheuses, une société matriarcale existait avant que les hommes mettent en place un Dieu mâle unique – voire despotique – dont ils étaient les descendants et qu’ils excluent les femmes de cette lignée spirituelle. La femme a ainsi changé de statut : de représentante de la Déesse de l’abondance, de la vie, de la fertilité, elle est devenue celle par qui le mal arrive, portant la prétendue culpabilité d’une punition divine. La femme, et par association la Terre, s’est peu à peu apparentée à ce qui est sale, méprisable, voire punissable. Les rites païens qui les vénéraient ont été abolis comme s’il fallait occulter, oublier ce qui vient d’elles.

Une scission a vu le jour, toujours plus profonde, amenant des tragédies humaines : en bas, « sur Terre » et par prolongement chez la femme, un monde physique rempli de vices.

En haut, « au ciel » et par prolongement chez l’homme, un monde rationnel hautement honorable, relié à la pratique d’une spiritualité masculine élevée. La femme comme désespérément reliée à son corps, l’homme en recherche permanente de l’Esprit. C’est la scission corps/esprit qui perdure encore de nos jours avec, heureusement, une prise de conscience qui tente de réunifier notre être tout autant que de nous redonner place au sein de la Nature.

Réconcilier le corps et l’esprit

Le mouvement Wicca par exemple, permettant aux hommes qu’aux femmes de retrouver la pratique de rituels païens qui honorent la Nature et célèbrent le rythme des saisons. Le renouveau d’un tel mouvement montre le besoin important de renouer avec des traditions qui placent l’être humain et la Nature dans un rapport d’interdépendance sacrée. Un autre exemple est celui du World Womb Blessing qui propose des méditations à distance afin de se relier à l’esprit du Féminin sacré. Plus de cent mille femmes dans le monde s’y connectent afin de redonner à leur matrice l’attention sacralisée qui leur manque. Ce même mouvement mondial propose des soins et une pratique énergétique nommée « bénédiction », harmonisant le corps dans son entier et incluant la matrice comme centre énergétique du pouvoir de la femme. Les femmes ainsi resacralisent leur corps, lui offrent littéralement un temple, sans exclure les hommes.

Philippe Roch nous remet en mémoire que nous sommes tous les héritiers de « 4 milliards d’années de vie animale, de 400 000 ans de partenariat avec le feu et de 50 000 ans de civilisation paléolithique pendant laquelle l’homme était totalement immergé dans une vaste nature sauvage ».

Il est difficile de nier notre appartenance au monde naturel et le lien entre notre propre corps et celui de la Nature !

Si le corps et l’esprit ont été écartelés par la pensée judéo-chrétienne, des études anthropologiques décrivent d’autres rites de sociétés dites « premières » sur les sous-continents de l’Amérique du Nord et du Sud, auprès des tribus amérindiennes ou d’Amazonie. Mircea Eliade et Michael Harner, par exemple, ont détaillé le lien de ces sociétés avec le divin. Dans ces communautés, le partage des tâches est clairement défini par genre : femmes et hommes ont des activités différenciées. Concernant le corps des femmes, celles qui ont leurs menstrues ne participent pas à certaines cérémonies. En découvrant ces pratiques, nous avons souvent cru, en Occident, – fortes du combat que nous menions contre la discrimination des genres – que cette exclusion de la communauté était liée à la souillure du corps féminin telle que nous l’avions intégrée dans nos propres croyances. Après des années de proximité et d’intérêt pour ces peuples premiers, cette interprétation mérite d’être nuancée. Les célébrants ont pu expliquer que si la femme n’accède pas à certaines cérémonies, c’est que ces rites d’élévation vers le « grand esprit » ne lui sont pas nécessaires en période de lunes. 

Ce contact spirituel lui serait naturellement offert par la réceptivité accrue liée aux menstrues. Le divin serait-il donc en chaque femme ? De fait, nous vivons lors de nos lunes périodiques un état de réceptivité exceptionnel. Nous nous sentons dans notre corps comme dans un lieu clos et ouvert tout à la fois ; un lieu d’accueil et d’ouverture pour une révélation qui enfantera le nouveau. Dans ces traditions, il existe donc bel et bien une vision de la femme où celle-ci n’est ni sale ni impure, mais est un réceptacle pour que le divin se manifeste. Et si, par extension, le divin se manifestait dans tout corps physique ?



« Si l’humanité doit évoluer, cette évolution se fera dans le sacré, dans une conscience que la vie est magique, belle, enchanteresse, que la nature est un don, la manifestation d’un principe qui nous dépasse. Alors nous réaliserons notre vocation suprême : l’admiration. »


samedi 17 mars 2018

La responsabilité des femmes




Depuis un certain temps, nous entendons parler du rôle important que jouent les femmes dans la lutte contre la destruction de l’environnement.  Après tout, il est dit que le système patriarcal est à l’origine de nos problèmes environnementaux – avec son seul souci du profit net et un mépris total des effets de l’industrie sur la qualité de l’air et de l’eau, les habitats des animaux, la santé humaine et notre approvisionnement alimentaire.




Ce dont nous avons besoin, c’est d’une approche plus féminine qui perçoit la valeur de la préservation et de l’entretien de notre monde naturel. Certes, il y a beaucoup d’hommes qui se préoccupent énormément de l’environnement et qui travaillent activement à la protection de notre magnifique planète. 

Mais voici le problème : face aux graves effets de la dégradation de l’environnement, les femmes appauvries sont celles qui ont le plus à perdre. Partout dans le monde, ces femmes ont la responsabilité principale de répondre aux besoins du ménage.

En d’autres termes, il leur incombe de veiller à ce que lui et leurs enfants ne meurent pas de faim, tout en leur fournissant un abri sûr. Et parce que les femmes sont généralement moins bien classées dans les pays en développement, elles ont moins d’options en matière de contraception et elles ont plus de difficultés à trouver du travail pour subvenir aux besoins de leur famille. 


Lorsque les ravages des changements climatiques (inondation, sécheresse et autres catastrophes naturelles) entrent en scène, ces femmes et leurs familles sont extrêmement vulnérables. 

C’est pourquoi de nombreuses ONG se concentrent sur l’autonomisation des femmes à travers l’éducation et les microcrédits pour lancer des entreprises. Souvent, une partie de cette éducation comprend l’apprentissage de l’importance de préserver l’environnement et de développer des pratiques plus durables avec du combustible pour la cuisson, la culture des aliments et la conservation de l’eau. 

L’une des réussites de cette tendance est celle des “gardiennes de graines” indiennes, pionnières du mouvement de l’agriculture biologique et actrices majeures de la protection de l’environnement pour les générations à venir.

Un rayon de lumière dans un monde génétiquement modifié !


Plus de 90 % du coton cultivé en Inde est aujourd’hui génétiquement modifié. 

Non seulement le coton Bt est un cauchemar environnemental – nécessitant une utilisation intensive de pesticides chimiques “car les agriculteurs cultivant cette plante GM font maintenant face à des superbactéries résistantes à la Bt, de nouveaux ravageurs secondaires, la diminution des ennemis naturels, l’écologie déstabilisée des insectes et la nécessité de continuer à pulvériser des pesticides chimiques pour faire face à la situation de plus en plus incontrôlable”, dit Lo Sze Ping, responsable du programme Greenpeace Chine – mais aussi, parce que le coton n’a pas naturellement évolué pour s’adapter à l’écosystème dans lequel il pousse, la plante n’est pas aussi robuste que les variétés traditionnelles.

Ce manque d’adaptation oblige généralement les agriculteurs à irriguer davantage avec de l’eau qui se fait de plus en plus rare. Pour les exploitations agricoles en Inde qui sont alimentées par la pluie, cette situation est désastreuse si les moussons deviennent imprévisibles, ce que nous constatons déjà.

En plus de cela, les graines de coton Bt sont chères pour les agriculteurs.

Les semences de coton hybrides ne peuvent pas être replantées après la récolte, ce qui oblige les agriculteurs à alourdir leur fardeau financier en achetant de nouvelles semences sur le marché [
source]. Ensuite, il y a le coût de l’utilisation accrue des produits chimiques. 
L’ensemble du cycle est mauvais pour les moyens d’existence et la santé des agriculteurs, ainsi que pour l’environnement.

Entrer chez la petite exploitante indienne et les “gardiennes de graines”


Dans le village de Bhimdanga à Odisha, dans l’est de l’Inde, un groupe de femmes s’est réuni pour créer de petites fermes biologiques couvrant 310 acres – avec une banque de stockage spéciale qui conserve une variété de semences comme le millet, l’okra, le potiron, la citrouille, les lentilles, le coton et le riz kalajira – “une variété locale parfumée [qui] nous donne un rendement élevé”, dit Nabita Goud, une productrice biologique et équitable. “Nous la préservons maintenant.”


Elle n’est qu’une des 18 gardiennes de graines qui participent au projet de conservation des graines. En deux ans, six banques de graines ont été établies dans cinq villages de la région, qui sauvegardent 50 variétés de graines de fibres et de cultures vivrières.

“Le programme vise à promouvoir les entreprises de graines dirigées et contrôlées par des femmes“, a déclaré Arun Ambatipudi, l’une des fondatrices de Chetna Organic.

Chetna a été créée il y a 10 ans pour améliorer les moyens d’existence durables des familles de petits exploitants qui dépendent de l’agriculture pluviale. 

Environ 56 % de l’Inde dépend de l’agriculture pluviale. Malheureusement, les agriculteurs conventionnels sont généralement obligés de s’endetter sans fin en raison des aléas climatiques, du coût des semences et des pesticides, des sols pauvres et des fluctuations du marché.

“Nous pratiquons l’agriculture biologique“, dit Nabita, qui exploite trois acres de terres. “Il y a des défis. La variété traditionnelle de coton a un rendement inférieur à celui de la variété hybride, mais nous savons que c’est bon pour le sol et l’environnement. Et bio, c’est meilleur pour la santé.”

Depuis que la culture mixte biologique est pratiquée à Bhimdanga, même si le coton échoue, la sécurité alimentaire individuelle des agriculteurs est assurée. Selon Ramprasad Sana, entomologiste et directeur technique de Chetna Organic, le programme a assuré la sécurité alimentaire de 600 familles de la région.

La banque de graines permet aux agricultrices de partager et de stocker facilement les semences. Un agriculteur “prélève” un kilo de semences et “rembourse” le prêt avec 1,5 kilos après sa récolte. 


Grâce à ce système, les agriculteurs biologiques n’ont plus besoin d’acheter de graines sur le marché. Rien qu’en 2016, 1594 kilos de graines ont été distribuées à 603 agriculteurs.

“Avec femmes comme Nabita reprennant le contrôle de leurs graines, de leur sol et de leur sécurité alimentaire, les petits exploitants de Bhimdanga deviennent partie intégrante d’une communauté prospère et durable qui conserve le patrimoine semencier indigène de l’Inde et protège sa souveraineté alimentaire“, note Bijal Vachharajani, journaliste pour le Guardian.

Enfin, Kavita Mukhi, militante indienne pour l’alimentation biologique et éco-nutritionniste, nous rappelle : “Consommer des aliments respectueux de la planète, ce n’est pas seulement nourrir notre corps. Il s’agit de prendre soin de notre terre. Nos corps avancent, mais notre terre est là pour rester et nourrir les générations à venir. Chaque choix que nous faisons vers la manière dont nous décidons de vivre fait une différence pour l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons et le sol dont nous dépendons.”

SOURCE : Carolanne Wright - Site web : www.wakeup-world.com

vendredi 2 février 2018

L'interaction avec les énergies de la femme-mère


La Phase Mère
C'est une période pendant laquelle vous faites présent de vous-même, de votre amour et de vos compétences, mais c'est aussi le moment de reconnaître le lien qui vous unit à la terre. La société moderne considère la mère comme une citoyenne faible et de seconde zone, mais indispensable. Ainsi, sans tenir compte du chemin parcouru et des exploits accomplis par les femmes, la mère est considérée comme un animal instinctuel dont le cerveau n'est capable que de s'adapter à la procréation et qui doit obéir aux ordres des processus organiques sur lesquels elle n'a que peu de prise.






Les jeunes femmes, et en particulier les mères célibataires, sont tournées en ridicule à cause de leur grossesse et considérées comme une charge pour les finances de l'état. Au sein de notre société moderne, les qualités que sont l'intelligence, la force et la sagesse ne sont plus associées à la maternité, de même que les aptitudes et vertus dont les mères font preuve par leur sollicitude, leur désintéressement et le fait d'élever des enfants ont tellement été aviliés qu'on leur refuse respect et statut. Il est d'ailleurs intéressant de noter que les hommes manifestant les mêmes capacités, qualités et tendances sont victimes du même parti pris.

La phase Mère est marquée par la force et l'énergie, mais à l'inverse de ce qui se passe au cours de la phase Vierge, l'expression de cette énergie prend un caractère désintéressé, plus rayonnant que dynamique. Elle survient à un moment charnière réalisant l'équilibre entre l'expression extériorisée de l'énergie et celle, intériorisée, de l'amour et de la sollicitude. Elle procure un sentiment de satisfaction et d'achèvement fondé sur un amour et une harmonie profonds. Elle débute à peu près au moment de l'ovulation apportant une confiance en soi infaillible et la valeur personnelle vous permettant de proposer soutien, encouragement, force et aide à autrui. Elle correspond à une focalisation de votre énergie vers l'extérieur, vers les autres et non vers vous-même.

Cette phase amène aussi une forte pulsion sexuelle portant un amour profond à votre partenaire. Les rapports sexuels vous apportent la joie dans le don total de vous-même à l'autre en donnant du plaisir. Cette attention et cet amour ouvrent votre conscience à un niveau plus profond, vous procurant une sensation d'éternité et où votre partenaire devient votre enfant.

A ce moment, la communauté, la sollicitude active et le désir d'aider autrui peuvent prendre une grande importance. La force nécessaire à son accomplissement est pondérée par la conscience spirituelle de participer aux merveilleux naturel et divin. Comme la sexualité, les énergies créatrices sont égaiements très forts et les rêves peuvent être extrêmement animés et peuplés d'images thématiques répétitives.

L'interaction avec les énergies de la femme-mère

Vous pouvez constater que vos vêtements ont tendance à évoquer, par leur style et leur coloris, la nature ou des thèmes en rapport avec la terre-mère. Vous ressentez l'envie d'exprimer vos énergies dans des habits fluides originaires d'autres pays, aux motifs floraux ou aux coloris lumineux et chauds de l'été, faisant appel à des fibres et des teintures naturelles, ou encore en vous servant de verts et de rouges pour symboliser vos énergies vitales.

Contrairement à la féminité à fleur de peau de la période Vierge, celle de la phase Mère est caractérisée par une plus grande profondeur, donc votre choix se portera sur des vêtements moins frivoles, plus féminins et plus fluides. Laissez votre silhouette montrer ses courbes, mais d'une manière plus discrète que pendant la phase précédente. Si vous avez une jolie poitrine, montrez-la ! A la faveur d'une sexualité plus intériorisée, d'une confiance et d'une force intérieures vibrantes, les hommes vous remarqueront davantage vous incitant à porter plus de bijoux et de parfums capiteux.

En cette période, le corps en est la meilleure expression. Vous pouvez ressentir le besoin de ne porter aucun vêtement, seulement des bijoux. Cette manière de faire est évidemment déconseillée pour travailler ou par températures inférieures à 0°, mais si vous avez l'occasion de marcher nue chez vous, dans la campagne ou encore de ne découvrir que vos seins pour les exposer au soleil et à la brise, cette expression est la meilleure pour faire communier votre moi à la nature et aux énergies créatrices de la vie.

Cette phase vous donne l'occasion d'éprouver une grande joie dans le don de vous-même, de vos compétences, de votre attention et de votre aide aux autres. La Mère a la capacité d'assumer les responsabilités à leur place, de les soigner, de les aimer et de leur proposer une ligne de conduite, ses conseils et sa compassion. Essayer de leur tendre la main et ils réagiront plus franchement à votre invite qu'à n'importe quel autre moment de votre cycle. Vous pourrez même constater qu'ils vous aborderont spontanément pour vous parler de leurs problèmes ou vous demander votre avis. Mettez votre force et votre sagesse à leur service, mais surtout ne leur imposez pas vos vues.

Surtout laisser vos enfants commettre leurs propres erreurs, chose difficile à faire pour une mère ! Renouez avec les amis ou les membres de la famille que vous n'avez pas vus depuis longtemps, écrivez-leur ou téléphonez. Bien qu'on ne le remarque que rarement dans la vie moderne, la mère est souvent le point de convergence de toute la famille : c'est elle qui se souvient des dates de naissance, des traditions familiales, des anniversaires et qui maintient les liens familiaux en gardant le contact avec ceux qui ont quitté le berceau familial.

A l'occasion, rendez visite à votre mère, voyez en elle l'origine de votre vie comme vous êtes celle de vos enfants, et prenez conscience que, bien que vous soyez son enfant, vous êtes son égale en tant que femme et partagez ce lien qui dépasse les différences de génération et d'opinion. En la regardant, voyez le fil de la vie qui remonte dans le passé comme elle voit en vous celui qui file vers l'avenir. Si vous avez des jeunes enfants, essayez de faire quelque chose d'un peu particulier avec eux ; il y a peut-être des traditions familiales ou religieuses qui sont à leur transmettre, mais vous pourriez aussi vous arranger pour passer un petit peu plus de temps avec eux, pour les aider à apprendre. En effet, les enfants saisissent souvent plus rapidement que les adultes ce qui différencient les phases de votre cycle.

Pendant cette période vous ressentez un besoin égal d'expression intérieure et extérieure.  Cette phase peut aussi prendre un caractère très spirituel en vous donnant le sentiment d'être en harmonie avec la vie, la nature et le divin. Vous pouvez éprouver l'envie de sortir pour recueillir les forces de la nature et de la vie alentour. Si vous disposez d'un jardin ou si vous découvrez un lieu tranquille au milieu des plantes et des arbres, accordez-vous un moment pour vous asseoir au calme et vous en imprégner. Si vous vivez en agglomération, la nature est toujours présente dans le ciel, le soleil, le vent et la pluie, les arbres, les plantes, les oiseaux et les insectes. Vous constaterez que la conscience de la nature est plus importante si vous vivez à la ville que si vous habitez en permanence à la campagne. Vous vous découvrirez également une conscience et une compréhension plus profondes des animaux qui vous entourent.

Vous pouvez aussi être attiré par le côté nocturne de la nature. Si vous disposez d'un lieu sûr, goûtez les émotions et sensations que procurent la nuit et la clarté des étoiles et de la lune.

Quant à la sexualité, elle s'accompagne d'une forte pulsion créatrice. Vous désirerez entreprendre de nouvelles activités pour la maison comme refaire la décoration ou remplacer un certain désordre par un rangement rigoureux. Si vous avez un jardin, vous exprimerez cette énergie en nourrissant et en soignant vos plantes. D'autre part essayez une réalisation concrète comme la peinture, le dessin, l'artisanat la musique, l'écriture ou simplement la cuisine d'un plat un peu particulier. Ce faisant, soyez consciente du fait que vous créez quelque chose, même si a priori la façon d'y parvenir vous paraît quelconque.

Vous êtes plus réceptive aux idées des autres, vous leur apportez de nouveaux aperçus, une manière différente de voir les choses en devenant l'auteur de concepts personnels développés et réalisés éventuellement dans le même temps. Pour certaines entreprises à long terme dont l'exécution commence à traîner en longueur, profitez de l'énergie qu'apporte la phase Mère pour leurs faire bénéficier d'une impulsion et d'un enthousiasme nouveaux.

L’éclatante lumière de cette phase introduit dans le monde l'énergie créatrice issue de l'obscure matrice qu'est la phase Sorcière. Sa lumière rayonne à l'extérieur, embrassant toute vie. La lune éclatante est la nouvelle lune, la création dans sa totalité et la forme manifestée du divin. Dans la clarté de la pleine lune, recevez le lien vous unissant au divin dans la nature. Lorsque l’ovulation se produit au moment de la pleine lune, elle vous apporte la joie de vivre, le sentiment d'appartenir et de participer à la création. D'autre part, quand elle coïncide avec la nouvelle lune, le cycle de la lune Rouge sème la graine de la connaissance intérieure et de la conscience profonde qui doivent apparaître dans la lumière du monde manifesté.

La femme qui refoule l'expression de ses composantes énergétiques Mère peut ignorer les liens profonds de partage et d'amour qui l'unissent aux autres. Celle qui laisse cette énergie gouverner son existence, risque de devenir passive, sans aucune ambition pour sa vie personnelle et dépourvue de confiance en elle pour tous domaines autres que la maison. Elle se voit souvent exploitée, cantonnée dans un rôle empreint de sollicitude et de compassion, donnant constamment d'elle-même sans égards pour ses aspirations propres. Elle s'accroche à la vie de famille, unique raison de son existence, aussi est-elle souvent incapable de s'adapter lorsque ses enfants quittent le domicile parental.

Mots-clés
Vie / sollicitude / compassion / amour / développement / nourriture / force / rayonnement / pleine lune / soutien / don / matrice accueillante / vache / abeille /fécondité / nature / terre / réceptive / sagesse / conseil / fruit.



EXERCICE - MÉDITATION MÈRE
Asseyez-vous dans un jardin ou un lieu d'où vous voyez des arbres et des plantes, observez les tons verts, les ombres, la lumière du soleil et laissez-les se confondre progressivement. Votre oeil intérieur vous montre une jolie femme vêtue du paysage environnant. Reconnaissez-vous comme partie de son vêtement et sentez sa présence. Imprégnez-vous de la paix et de l'harmonie intérieures qu'elle procure ainsi que, venant du tréfonds d'elle-même, de son amour bouillonnant comme une source. Autour de vous, la trame et la chaîne de son habit donnent cohésion à toute vie qui luit, baignée par les énergies créatrices qu'elle rayonne. Prenez-en conscience ; sentez comme vos bras et vos mains palpitent du besoin, du pouvoir d'aimer et de soigner tout ce que vous voyez. Laissez-les rayonner au-delà de vous-même, votre conscience du moi n'ayant plus aucune importance au regard du besoin que vous éprouvez de réconforter, protéger et contribuer à soulager la souffrance et la peur d'autrui.

Enfin, ramenez votre conscience à votre environnement, chargée des sentiments d'amour et de paix.